Roads & Boats

10 déc. 2010 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
3
Date
10 déc. 2010

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
1 à 4 joueurs
Âge
à partir de 14 ans
Durée
240 minutes
Mécanismes
Simulation, Placement, Tuiles
Thèmes
Commerce, Transport
Date de sortie
1 janv. 1999
Auteur(s)
Jeroen Doumen, Joris Wiersinga
Editeur(s)
Splotter Spellen

Scores

# Nom Score
1 bloodyraoul
2 Le Zeptien
3 Tyrion

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 10 déc. 2010 00:00

Et me voici devant la bête…

Roads & boats est sans doute le Splotter le plus connu avec Antiquity ; Mais Roads & Boats, souvent adulé par les gamers purs et durs, ne m’avait jamais attiré plus que ça, en raison de son thème, les quelques infos que j'avais sur ses mécanismes, son matériel et même son look.

Mais bon, il y a des jeux qu’il faut essayer au moins une fois, histoire de comprendre ce qui peut justifier des commentaires parfois dithyrambiques. Bloodyraoul expliquent les règles, surtout pour moi, étant le seul à ne pas avoir encore transporté du bois ou du fer à dos d’âne.

Après deux tours, je réalise que si le jeu nécessite des explications un peu longues, le déroulement de la partie est en fait plutôt fluide, les phases s’enchainent logiquement, et Roads & Boats est avant tout un gros jeu de logistique qui demande aux joueurs de l’anticipation sur les tours à venir.

Bon, on peut trouver que cela a un certain charme, mais quand même : le coup du traçage de route au feutre sur le plateau (protéger par un revêtement en plastique fournit dans le jeu, je vous rassure), ça fait un peu matos ludique d’un autre âge (j'ai connu cela dans les années 80). Le plateau formé d’hexagones accolés les uns aux autres rappelle les Colons de Catane, mais c’est une idée que j’aime beaucoup, car cela donne de la souplesse au jeu, pour les configurations comme pour les scénarii.

C'est donc un jeu pour gamers, mais des gamers qui font pas habituellement dans la fantaisie. Il demande une certaine concentration et, je vais me répéter, « anticipation » est clairement le maître-mot que chaque joueur doit avoir à l’esprit.

Il a un aspect calculatoire parfois ardu, mais pas comme dans, par exemple, un 18xx… c‘est plutôt sur le mode de : « Je vais amener 2 bois à ma scierie, que je pourrai transformer en 4 planches. Au tour suivant, avec cette âne qui porte deux planches, je vais me rendre dans le bâtiment de (un joueur) et je ferai alors une charrette ; Je pourrais alors transporter sur 3 hex au plus 3 planches, mais il me faudra les prendre à tel endroit (si personne n’y passe avant), puis j’irai au bord de l’eau, pour construire un chantier naval ce qui me permettra de faire un radeau qui…etc, etc… »

Bref...pla-ni-fi-ca-tion ! C'est déjà pas simple à mettre en place, mais il ne faut pas oublier vos adversaires, dont vous pouvez d'ailleurs utiliser les bâtiments (comme ils peuvent utiliser ceux que vous avez construit...en effet, les bâtiments n'appartiennent pas aux joueurs, mais vraissemblablement à ceux à qui on livre bois, pierre, fer, etc...). Vos adversaires peuvent aussi remettre en question ce que vous aviez durement programmer ; Donc il faut également être prêt à mettre en place un plan B pour palier les coups durs, voire même changer d’optique si se présente à vous une belle opportunité.

Cela donne alors un jeu complexe par les réflexions qu’il impose à ses participants.

C’est un jeu où il faut savoir faire évoluer vos moyens d’action : On va chercher des matières premières, on les transforme en de nouveaux produits (mais il faut aussi créer de nouveaux bâtiments pour pouvoir le faire), on améliore les moyens de transport (on commence avec des ânes, mais on peut finir avec des navires et même des avions)...bref, chaque joueur est invité à recréer une industrie qui doit en plus évoluer pour être compétitive...et supérieure à celles de ses voisins.

J’ai bien aimé la partie et le jeu. Cependant, je dois admettre que j’ai trouvé, par moment, que c’était un peu lourd pour mon petit cerveau et, mais c’est une tendance globale des Splotter (un peu inverser avec Duck dealers paraît-il, voire Greed inc... et encore), ça manque quand même un peu de légèreté, peut-être de fantaisie aussi, dans certaines phases de jeu.

Ah évidemment, ça tourne comme une petite montre, c’est parfaitement huilé, ajusté, etc...mais c’est bien trop sérieux, un peu trop pour moi ce soir là en tout cas...peut-être avais-je espéré quelque chose de plus « chatoyant » , je sais pas...On peut surement bien joué à Roads & Boats, mais cela demande un gros investissement, au détriment peut-être de l'amusement pur (et de la patience des autres), et avec le temps, je deviens de plus en plus sensible à cela.

J'ai l'impression, sur ce type de jeu, que l'on est peut-être un peu trop dans le défi intellectuel, et pas assez dans le divertissement ; Enfin, je trouve que Roads & Boats entre dans cette catégorie de jeux un peu paradoxaux, qui obligent à se creuser les méninges en raison des nombreuses options raisonnables et possibles, mais en même temps vous pousse à prendre des décisions...à l'instinct (sous peine d'y passer une heure par joueur).

C'est par forcemment désagréable (juste peut-être un peu agaçant par moment), notez le bien, mais il faut que les joueurs qui jouent avec vous soient conscients de cela. C'est pourquoi il faut proposer Roads & Boats non seulement à un public de gamers, mais il faut aussi que ces mêmes gamers ne soient pas trop longs à la décision, sinon l'ennui peut vite pointer le bout de son nez.

Ce ne fut pas le cas lors de cette partie, mais je frémissais d'inquiétude à l'idée d'y jouer un jour avec certains... ;-)

En tout cas, je suis satisfait de m’être enfin frotté à ce jeu...

...merci m'sieur Bloodyraoul !