Im Schatten des Kaisers

3 juin 2011 | par Le Zeptien

Spécifications de la partie


Nombre de joueurs
4
Date
3 juin 2011

Spécifications du jeu


Nombre de joueurs
2 à 4 joueurs
Âge
à partir de 12 ans
Durée
Mécanismes
Placement, Majorité
Thèmes
Médiéval, Politique
Date de sortie
1 janv. 2004
Auteur(s)
Ralf Burkert
Illustrateur(s)
Christof Tisch
Editeur(s)
Hans im Glück

Scores

# Nom Score
1 Le Zeptien 21
2 Luc 27
3 Thomas 20
4 Fabrice 19

Photos

Réagir à cette partie de jeu

Il y a 1 commentaire

Le Zeptien
By Le Zeptien | 3 juin 2011 10:53

Quelle satisfaction de sortir une nouvelle fois Im schatten des Kaisers ! Une belle partie hier soir, qui fut je crois une découverte interessante pour Thomas, Fabrice et Luc...surtout pour Luc d'ailleurs, enchanté de terminer premier sur un jeu qu'il a trouvé très bon.

Il est vrai que malgré ces 7 ans d'existence, ISDK conserve je crois une part d'originalité qui, à ma connaissance, ne se retrouve pas dans d'autres jeux sortis par la suite : La conquête du pouvoir, la vie, le vieillissement, la mort, le mariage, des naissances, l'argent, le couvent, etc...la routine quoi, tout cela simulé avec des moyens assez simples, car ISDK reste fondamentalement un jeu de placement et de majorité, avec un peu de négociations, le tout sans hasard.

Les divers petits pouvoirs que confèrent les différentes provinces, les possibilités d'actions données par les cartes, les élections impériales, et la manière de gagner des points victoire donnent aux jeux une certaine richesse, ce qui le classe dans cette catégories si particulière des "Perles oubliées". Depuis ma toute première partie qui m'avait laissé un peu perplexe je dois bien l'avouer, je suis devenu fan de ce jeu subtil, qui demande un peu de pratique pour l'apprécier pleinement. Quelques erreurs de débutants peuvent avantager un joueur, mais une fois l'apprentissage de la première partie passé, on se fait pas prendre une deuxième fois.

A noter que tout le monde fut empereur au moins une fois...sauf moi : j'ai échoué deux fois à l'élection. Thomas a commencé la partie empereur, ce qui serait un désavantage selon lui, mais c'est contesté par d'autres commentateurs.

Merci messieurs pour cette belle partie en tout cas. Pour la revanche, c'est quand vous voulez.