Auf Heller und Pfennig

6 /10 (1 notes)

Dans "Auf Heller und Pfennig", vous allez devoir accumuler le plus d'argent possible au cours de trois journées de marché.

Votre note

Votre avis Enregistrer une partie

Description

Au début du jeu, chaque joueur reçoit des pions boutique d'une valeur de 1,2 ou 3. Il reçoit aussi une tuile dont il prend connaissance et qu'il pourra jouer quand il le souhaitera.

Les tuiles représentent soit des clients (d'une valeur de 1 à 6), soit des voleurs (d'une valeur de -1 à -6 eux aussi). Il existe aussi quelques tuiles spéciales: les incendies, le magot et le mauvais oeil.

Le plateau de jeu est un rectangle de 30 cases (6x5).

Chaque case compte pour une rangée et une colonne.

A son tour, un joueur peut effectuer une des trois actions possibles:

- Tirer une tuile de la réserve et la jouer,

- Jouer sa tuile secrète,

- Poser un de ses commerces.

Quand il n'y a plus de cases libres sur le marché, la journée s'arrête et on compte les scores.

Après chaque journée, les joueurs récupèrent les boutiques de valeur 1 mais défaussent les autres.

Les tuiles sont toutes remélangées.

On compte les scores pour chaque boutique.

On compte séparément la rangée et la colonne à laquelle elle appartient.

Les clients rapportent leur valeur en positif et les voleurs en négatif.

On multiplie ensuite ce résultat par la valeur de la boutique (1,2 ou 3).

Les tuiles spéciales vont évidemment le modifier: le mauvais oeil empêche de compter les clients, le magot multiplie la valeur de la ligne par 2 et le feu coupe la ligne en 2.

Le vainqueur est celui qui a empoché le plus d'argent à la fin des trois jours de marché.

Spécifications


Nombre de joueurs
2 à 4 joueurs
Âge
à partir de 9 ans
Durée
30 minutes
Mécanismes
Placement
Thèmes
Médiéval
Date de sortie
1 janv. 1994
Auteur(s)
Reiner Knizia
Illustrateur(s)
Franz Vohwinkel
Editeur(s)
Hans im Glück

avatar

L'ancêtre de kingdoms

| 18 mai 2017 | Ryleh
A la fin des années 90, ce bon docteur Knizia est un acteur incontournable du jeu. Hans im Gluck et son illustrateur Franz Vohwinkel aussi. Ce petit jeu de pose dans une bien grosse boîte est l'exemple type de la production ludique de cette fin de siècle et de millénaire, dominé par l'Allemagne : un jeu de placement assez tactique, fin, se jouant en trois manches (trois jours de marché), avec un matériel qui nous paraît bien actuellement bien terne. Et c'est parti pour une demi heure de coups fourrés et hautes putasseries, où vous tenterez de pourrir les étals de vos adversaires tout en devenant toujours plus riches. A vous le roi et la reine, à eux le voleur et le faux monnayeur. Chaque joueur place à son tour étal et client jusqu'à ce que le marché soir rempli, trois jours de suite. Les règles sont simples mais le jeu ne l'est pas pour autant. Comme toujours avec Knizia c'est une mécanique d'horlogerie que l'on savoure sur plusieurs parties, car elles sont rapides et amène la revanche. Maintenant c'est un thème plaqué. Tellement qu'il y a eu une réédition connue sous le nom de Kingdoms, au look plus moderne et au format plus adapté par Fantasy Flight Games. Peut être jugerez vous plus importun, et je vous comprends aisément, de préférer cette dernière...
Voir plus d'avis
Voir plus d'articles

Dans la même série

Kingdoms

Kingdoms

4/10

  • 2 à 4 joueurs
  • à partir de 9 ans
  • Sortie : 1 janv. 2002
En savoir plus
Kingdoms

Kingdoms

Cette réédition propose de nouvelles règles et des pions "châteaux" en plastique qui n'existaient...

  • 2 à 4 joueurs
  • à partir de 9 ans
  • Sortie : oct. 2011
En savoir plus