C'est dans la boîte - Galaxy Trucker

Pour ce nouveau "C'est dans la boîte", j'ai eu envie de vous présenter une sorte d'ovni ludique : Galaxy Trucker, de monsieur Vlaada Chvatil. Oui, c'est un ovni ludique, et pas seulement en raison du thème, mais parce que ce jeu présente un déroulement assez original.

Son auteur n'est déjà plus un inconnu depuis un moment, en particulier grace à d'autres créations comme Granaland, Robin des bois et surtout Through the ages. La République Tchèque est à l'honneur dans l'univers ludique actuel, et cela nous sort un peu de l'énorme production allemande ou anglo-saxonne. On peut même parler aujourd'hui d'une véritable "touche tchèque" (oui j'ai francisé) qui apporte une fraicheur indéniable aux jeux de plateau.

Bon, vous connaissez le principe : je n'ai jamais joué au jeu présenté, et je découvre avec vous le matériel au moment où j'ouvre la boîte. A noter que Galaxy trucker est un jeu de Czech Games Edition, mais j'ai la version éditée par QWG. Chaussez vos lunettes si besoin est, et on y va...

La boîte

la boîte ouverte

la boîte ouverte

La boîte est devant moi. Je la soulève et premier constat, elle fait son poids, signe que nous devons avoir pas mal de matos. Son format est comparable à une boîte Ystari, mais avec quelques millimètres de plus en longueur et en largeur.

J'ouvre...cela fait un gros bruit, genre...heu...ben genre "Prooooouuuut !" quoi, disons le franchement, même si c'est avec le rouge aux joues.

Et voilà ce que l'on peut voir. L'illustration sur la boîte donne le ton : le jeu se veut fun, et le thème est traité avec un humour parfois...heu...comment dire ?...disons, très actuel ( j'y reviendrai plus loin) et un brin grinçant : rappelons par exemple que les joueurs sont des pilotes de vaisseaux chargés d'apporter du matériel destiné à la construction d'habitations à faible coût (!) sur les planètes les moins évoluées de la galaxie...

votre patron est la compagnie Corporation Incorporated (re !), dirigée par des gens qui rigolent pas sur la rentablité des voyages, et qui sélectionnent des pilotes certes expérimentés, mais aussi solvables au cas où Corp.inc devait se faire rembourser de pertes éventuelles (re-re !) ...tout un programme...

Au dos de la boîte, je remarque que nous avons un texte en néerlandais et un en français. Edition bilingue donc. La liste du matériel présent est également précisée et c'est assez impressionnant. D'ailleurs, voyons un peu cela...

Les tuiles

vue d'ensemble des tuiles "composants du vaiseau"

vue d'ensemble des tuiles "composants du vaiseau"

Mazette ! 144 ! Oui, il y a 144 tuiles appelées "Composants du vaisseau"...parce que si vous ne le savez pas encore, le jeu nous invite à construire, tant bien que mal et sous la pression du temps, un vaisseau spatial pour faire de longs, voire très longs voyages.

Et c'est avec ces éléments que nous allons devoir nous débrouiller. Seul petit problème (oui, j'ai un peu regardé le livret des règles), elle sont retournées face cachées sur la table durant la phase de construction..ça promet. Examinons-les à présent en détail...

différents types de tuiles "composants vaisseau"

différents types de tuiles "composants vaisseau"

Nous voyons ici les differents types de "composants vaisseau" dont auront besoin les joueurs pour se constituer un engin capable d'aller vers les coins les plus reculés de la galaxie.

Alors, de gauche à droite, en commençant par le haut : une cabine de pilotage de départ (ici, celle du joueur bleu), un canon (simple), un support de vie pour extraterrestre, une structure modulaire, une cabine d'équipage, un moteur (simple), un autre support de vie pour extraterrestre, un générateur de boucliers, des containers, un accumulateur à énergie et pour finir un container spécial (pour produits radioactifs), donc 11 composants différents.

Bigre, tout cela a l'air bien technique et bien compliqué ! C'est qu'il en faut des éléments pour construire une fière caravelle de l'espace. Pour vous donner une idée de la taille, les tuiles "composants" sont des carrés de 3,1 cm de côté.

exemple des moteurs

exemple des moteurs

En "dépunchant" tout cela, un détail me saute soudainement aux yeux : si je prend un type de composant au hasard, par exemple les moteurs, on peut s'apercevoir que les "connecteurs", c'est à dire ces tubes qui sortent de chaque côté des tuiles, sont de formes variables et surtout en nombres différents.

De plus, en ce qui concerne les moteurs (mais c'est vrai aussi pour les canons), il y en a avec une seule tuyère et d'autres avec deux tuyères. C'est dire si les choses semblent se compliquer, ou plutôt s'enrichir. Sachant que les différents composants doivent être connectés selon certaines règles précises, je comprends mieux à présent les difficultés que peuvent rencontrer les joueurs pour respecter certaines contraintes de construction.

Deux autres planches de tuiles. Nous voyons ici les "Crédits cosmiques"...oui, au cas où vous ne la sauriez pas encore, c'est un jeu où le plus riche gagne à la fin, car tout aventurier de l'espace et pilote émérite que vous êtes, votre objectif est quand même de faire du blé, de l'oseille, du pognon, des brouzoufs...enfin des crédits cosmique quoi, et ce un peu plus que les autres. D'ailleurs, il est écrit dans les règles qu'à la fin du jeu, "si vous avez au moins un crédit gagné, alors vous êtes gagnant !...évidemment, si un joueur à un peu plus de crédits que les autres, alors il est un peu plus gagnant..."

Les plaques ovales numérotées servent quand les joueurs ont fini leurs vaisseaux, et la tuile rectangulaire...heu...je sais pas encore.

Le plateau commun

Et encore du matériel. Alors qu'avons-nous là ? Au centre, un plateau commun à tous les joueurs. Dans le sac de gauche, vous avez des petites navettes (elles servent à marquer des jours de voyages) et des bustes...d'extraterrestres.

Oui, vous pouvez en embaucher sur votre vaisseau, et il y en a de deux sortes : des mauves d'une espèce guerrière, des oranges (enfin, moi je les vois plutôt marrons) qui sont des techniciens, de bons mécanos. Ils apportent un plus pour les canons ou les moteurs.

Les petites gelules vertes en haut sont des cellules d'énergies, que l'on place sur les tuiles "Accumulateur d'énergie" (enfin, d'après ce que j'ai lu rapidement).

A droite, c'est une raquette de tennis, puis nous avons un sac avec des cub...quoi ? qu'est-ce qu'il y a ? j'ai dit une bêtise ? Aaaah ! C'est la raquette de tennis qui vous trouble....meeeeuuu non, c'est un sablier voyons, juste pour voir si vous étiez attentifs. Je vous l'ai dit : pour construire les vaisseaux en selectionnant des composants, on est limité dans le temps, et le sablier est là pour cela. On doit retrouver cette pression que l'on a dans "Roborally" au moment de programmer son robot.

Les cubes (4 couleurs différentes) sont des marchandises, les dés sont...ben des dés (je ne sais pas à quoi ils servent, mais dans cet article, je ne suis pas là pour tout vous expliquer non plus). Le dernier sac en bas contient de mignons petits astronautes, qui vous seront très utiles : ils feront partie de votre équipage.

Les cartes

Hé ! hé ! Vous pensiez que c'était fini avec le matos ? Ben pas du tout, car il y a des cartes aussi, 60 pour être précis.

Je vous montre ici les différents types de cartes que vous rencontrerez (et qui rajouteront disons...du suspense, de l'imprévu, les plus guillerets diront de la fantaisie, à votre voyage), sachant qu'elles ne sont pas toutes identiques (par exemple, sur les cartes "Stations abandonnées", les chiffres sont différents selon la carte).

J'aime beaucoup leurs illustrations, et d'ailleurs l'ensemble du jeu est ainsi...tout le talent et l'humour de monsieur Radim Pech, illustrateur du jeu. A noter que dans l'édition QWG, il y a deux paquets de cartes : l'un est en français, l'autre en néerlandais...on ne lésine pas sur le matériel chez cette éditeur !

Livret des règles

Deux livrets de règles : là encore, l'un en français, et l'autre en....néerlandais ! Pfff ! il y en a que deux qui suivent ! C'est vexant...

Le livret en français fait 16 pages (format A4), avec des petites illustrations très sympathiques, regardez bien le dessin sur la page de gauche : nous avons là un clin d'oeil à un film fameux de monsieur Ridley Scott (non, ce n'est pas "Blade runner" et encore moins "Thelma et Louise"...réfléchissez un peu ! Le Nostromo, un vaisseau-cargo détourné de son itinéraire...si je vous dit en plus que dans l'espace, on ne vous entend pas crier...ah ! ça y est ?).

Je vous parlais d'humour dans ce jeu...et bien jugez plutôt : dans les règles, on trouve des petits encarts rigolos qui racontent une petite histoire, donnent des conseils où nous mettent en garde sur certaines choses...

Deux exemples pour vous donner une idée de ce qui vous attend :

Extrait 1 (page 5) : " Evidemment, il y a bien plus que l'argent : le frisson de l'aventure, la renommée, la gloire, l'honneur...ceci dit, avec assez d'argent, vous pourrez acheter de l'aventure, de la renommée, de la gloire et de l'honneur et il vous restera même de quoi vous payer un repas dans un bon restaurant."

Extrait 2 (page 11) : "Il est bien connu que la matière plie l'espace. Il est par contre moins bien connu que le document d'assurance plie la vérité. La police d'assurance Pan-galactique (...) est l'équivalent légal d'un trou noir : tout l'argent qui y rentre, jamais n'en ressort".

J'adoooore cet humour !

Et dans les règles elles-même, on peut lire par exemple qu'avec un extraterrestre mauve, vous avez un bonus de 2 points pour vos canons, mais que si vous n'avez pas de canon, le bonus ne s'applique évidemment pas, et il est précisé "Il (l'extraterrestre) ne va pas mener la bataille spatiale à la force de ses seules dents...".

Mise en situation

Et comme d'habitude, une petite mise en situation. Ici, un petit vaisseau de classe 1 (inspiré d'après un exemple donné dans les règles).

Bon, il faut savoir que les canons doivent toujours être tournés vers l'avant (avec au moins un espace libre devant eux) et les moteurs doivent avoir les tuyères tournés vers l'arrière (avec au moins un espace libre derrière elles). Ne vous attendez pas, d'après ce que j'ai compris, à faire des engins d'un esthétisme digne d'un space-opéra, parfaitement effilés et tout et tout...non, ce sera plutôt du cargo, tout ce qu'il y a de plus cargo, qui avancera comme il pourra en bravant météorites, sabotages, esclavagistes et autres réjouissances...tellement ludiques !

Lorsque vous arrivez à destination, votre vaisseau est...entièrement démoli ! Vous gardez juste la cabine de pilotage à votre couleur.

En effet, à la Corporation Incorpored, afin de minimiser les coûts, ils ont eu l'idée de se servir aussi des composants utilisés pour construire les vaisseaux comme éléments pour bâtir ces fameuses habitations bon marché...A la Corp.Inc, nous sommes les rois du recyclage, du rendement, du profit...et on applique au domaine économique l'adage de monsieur Lavoisier : "Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme".

Et c'est pourquoi, pour le prochain voyage...et bien il faut reconstruire un vaisseau, et encore plus imposant que le

précédent !

Conclusion

Bon, j'espère avoir suscité au moins votre curiosité pour un jeu qui peut se résumer ainsi en termes de mécanismes : 3 manches et pour chacune d'elles, vous aurez une phase de construction de vaisseau (en simultanée avec les autres joueurs, et avec pression du temps selon certaines modalités précises), une phase de vérification (et de démolition éventuelle), une phase de vol (avec les cartes aventures), une phase fin du voyage avec récompenses et pénalités. L'ensemble n'est pas très complexe, mais demande un peu d'attention au moment de la lecture des règles. Un petit repproche au passage en parlant des règles : elles auraient gagné à être un peu mieux agencées, mais bon ce n'est pas trop génant. Notez que sur le dernière page, il y a une petite FAQ.

J'ai eu des retours très positifs de joueurs ayant essayé Galaxy trucker, des joueurs pourtant habitués à des jeux costauds très sérieux. Ils se sont bien amusés à construire les vaisseaux, et les blagues fusent souvent quand par exemple un vaisseau part lentement en morceaux à cause des météorites ou d'un combat. Ils arrivent parfois dans un état lamentable...

"Fun", "Efficace", "Futé", "Rafraichissant" furent les termes utilisés en fin de partie pour qualifier le jeu. Et maintenant, il y a même une extension qui permet notamment de jouer jusqu'à 5.

Bon, si vous avez eu l'amabilité de lire tout ceci jusque là, alors maintenant je peux vous le dire : j'ai menti pour les dés... je sais à quoi ils servent : ils sont utilisés quand vous devez traverser un nuage de météorites, lorsque vous subissez des attaques de pirates où bien encore si vous êtes victime d'un sabotage...

Bref, si dans l'espace personne ne vous entend crier, avec Galaxy trucker, on vous entendra par contre souvent rigoler, et c'est bien cela l'essentiel.

Réagir à cet article

Il y a 1 commentaire

jedisjeux
By Bardatir | 21 janv. 2013 11:10

le seul endroit sur le oueb ou on trouve la taille exacte des tuiles c'est encore chez JDJ !

Quelle prouesse, l'info n'est même pas dispo sur BGG

Chapeau monsieur Zep 8)